Camp d’Ayub dans l’Arghandab

Photographies
1863-70
22.5 x 29.5 cm
Tirage sur papier albuminé
Camp d'Ayoub - Afghanistan
Légende

"Camp d’Ayub dans l’Arghandab" Afghanistan, 1880–81 Benjamin Simpson

_en_alert_title Œuvre non exposée actuellement

La roche et le sable à perte de vue, la masse énorme des montagnes au loin, le silence de ce paysage désertique composent dans cette photographie une image saisissante et sublime de la topographie de l’Arghandab, vallée centrale du Kandahar dans le sud de l’Afghanistan.

Les deux hommes qui se tiennent à droite de la composition semblent inviter le spectateur à la contemplation tout en donnant l’échelle d’un paysage autrement difficile à mesurer. L’équilibre parfait de leur positionnement et la longueur des temps de pose de la technique employée (négatif sur verre au collodion humide) indiquent qu’ils ont été disposés à dessein avant de tenir la pose plusieurs secondes.

On serait tenté d’arrêter l’analyse après avoir constaté les mérites esthétiques de cette photographie si la légende manuscrite ne faisait pas mentir une composition paisible et sans question. Lisant "Ayaub’s Camp in the Argandab", celle-ci fait la lumière sur le contexte historique de la prise de vue. Le camp dont il s’agit est celui de Ghazi Mohammad Ayub Khan (1857–1914), général afghan pendant la Seconde guerre Anglo-Afghane (1878–80). Après avoir défait les troupes impériales Britanniques à la bataille de Maywand en juillet 1880, Ayub Khan assiège l’ennemi retranché à Kandahar plus à l’est. L’échec de cette offensive le 1er septembre marque la fin de la guerre, pousse Ayub Khan à l’exil et place de fait l’Afghanistan sous protectorat britannique. Cette guerre coloniale s’inscrit dans le contexte du « Grand Jeu » géostratégique opposant tout au long du 19ème siècle les empires britannique et russe, entre lesquels se situe alors l’Afghanistan.

C’est dans ce contexte que Benjamin Simpson (1831–1923), officier de médecine militaire au sein de l’Indian Medical Service Bengal et membre assidu de la Bengal Photographic Society, photographie le Kandahar. Arrivé en Inde en 1853, Simpson développe un talent certain pour la photographie qui lui valent de nombreuses récompenses officielles. Convaincu de la légitimité de la domination coloniale britannique et des théories raciales contemporaines, il reçoit une médaille d’or à l’Exposition universelle de Londres en 1862 pour ses "Types raciaux de l’Inde du Nord" et contribue à la taxonomie raciale mise en œuvre dans les huit volumes de The People of India (1868–75).

Nommé Deputy Surgeon General en 1881 auprès du contingent occupant Kandahar, Simpson réalise des photographies de la ville et de ses environs à travers le prisme de la guerre, commémorant des sites clés du conflit, comme ici l’emplacement du camp d’Ayub Khan. Mais ses images servent aussi à la surveillance, à la stratégie militaire et comme propagande visuelle destinée aux Britanniques, invités par des compositions parfaitement maîtrisées à admirer la beauté de la région tout en soutenant son occupation.

Plus d'œuvres à découvrir