Banquet dans le jardin de lespédèzes

Japon
Fin du 18ème siècle, époque d’Edo
35,9 x 73,6 cm
impression polychrome nishiki-e
Image d'une estampe
Légende

 

Photo (C) RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Harry Bréjat

_en_alert_title Œuvre non exposée actuellement

Katsukawa Shunsho était venu à Edo pour étudier la poésie et la peinture ; son goût pour les haïkus se ressent dans l'atmosphère subtile de ce triptyque.

Une plateforme surélevée est le prétexte à la mise en mouvement de neuf jeunes femmes et d’un garçonnet venus profiter des joies du plein air aux derniers beaux jours. Au loin passe un vol d'oies ; au premier plan, en bas à droite, un bosquet de feuillages à la structure papillonnante, de couleur rouge à violet, est identifiable aux lespédèzes, ou hagi. Ces deux symboles renvoient à l'automne. Les pins, omniprésents dans le paysage, y font aussi allusion. 

Le hagi enfin se réfère à la poésie de Basho (1644-1694), grand maître du haïku, qui en fait le signe du karumi, la légèreté –  "telle une rivière profonde dont on verrait le lit de sable fin".

Lanterne, thé et shamisen – un instrument à corde – sont préparés pour un ultime bonheur du jour, alors que la nuit va tomber. 

La palette délicate, dominée par le jaune et le précieux rouge de carthame, et la description minutieuse des étoffes, achèvent de donner son raffinement à la composition.

Plus d'œuvres à découvrir