Kimono de cérémonie à décor de grues et de pins sous la neige

Textiles
19ème siècle - période Meiji (15)
Taffetas de soie
Kimono pour enfant à décor de grues et de pins sous la neige
_en_alert_title Oeuvre non exposée

À l’époque d’Edo, les kimonos que les enfants portaient depuis la naissance jusqu’à l’âge de trois ans s’appelaient hitotsumi. Ce kimono est un vêtement de garçon de la seconde moitié du 19ème siècle.

Sur un tissu de soie se déploient des motifs de grands pins teints selon la technique yuzen, la racine de l’arbre occupe la plus grande partie du vêtement. Au Japon, le grand pin doté d’un tronc massif et de nombreuses pousses vertes est un symbole de longévité depuis les temps anciens, et il se retrouve à maintes reprises dans les peintures ou les objets d’artisanat, souvent associés à la représentation d’une grue. Le vieil arbre massif que l’on voit ici symbolise l’espoir que l’enfant vivra très longtemps.

 Si, d’une manière générale, les kimonos d’enfant reflètent les évolutions que l’on peut observer dans les kimonos d’adultes, on note toutefois des différences importantes pour ce qui est des motifs, de la technique ou des tissus destinés à un usage quotidien. Les kimonos de fêtes, celle notamment qui suit la naissance ou celle des sept, cinq ou trois ans, au cours desquelles sont accomplis des rites de passage, reflètent l’importance des fêtes traditionnelles et présentent pour la plupart d’entre eux des motifs repris sans discontinuer depuis l’époque d’Edo. Ainsi, les kimonos destinés à la fête qui suit la naissance déploient sur un tissu de soie blanc des motifs tels que pins, bambous, pruniers, grues et tortues, considérés comme des  "trésors" de bon augure.

On retrouve ces motifs sur presque tous les kimonos d’enfants où ils constituent une sorte de prière pour leur bonne santé. À partir de l’époque d’Edo, s’ajoutent aux motifs de bon augure ceux du seau pour les kimonos des petites filles, ou encore autant d’objets emblématiques de la monarchie impériale, ainsi que des motifs symboliques inspirés de romans ou de chansons populaires. Pour les kimonos de garçons, on utilisait volontiers des motifs porteurs d’une image de vitalité, comme le chien ou le cheval, et ces symboles de longue vie que sont le pin et la grue.

Depuis la fin de l’époque Meiji, cependant, il est devenu courant de représenter des motifs de plantes japonais dans le style de la peinture occidentale. Cette tendance s’est maintenue à l’époque Taisho (1912-1926).

Plus d'œuvres à découvrir