Jeune femme écoutant de la musique

Monde indien
Vers 1745-1750, école de Guler
22,5 x 17,5 cm
Gouache sur papier
Image d'une peinture d'une jeune fille écoutant de la musique
Légende

 

Photo (C) RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Thierry Ollivier

_en_alert_title Œuvre non exposée actuellement

Cette miniature du style de Guler est une évocation gracieuse et sensible des loisirs d’une reine fumant le narghilé et écoutant rêveusement deux musiciennes.

Empreinte d’une très grande poésie, elle témoigne du goût des artistes du Haut-Pendjab pour les scènes intimistes, et illustre également les qualités dominantes de ce style qui dépeint la femme telle une créature exquise et délicate, définissant ainsi un idéal de beauté féminine. L’école de Guler, mais également celle de Kangra s’attachent aux thèmes amoureux, profanes ou krishnaïtes.

Sur la terrasse d’un pavillon de marbre blanc surplombant un lac où croissent des lotus, une jeune reine (rani) fume la pipe à eau (huqqa’), adossée contre un coussin de brocart. La tête inclinée en avant, la jeune femme écoute rêveusement deux musiciennes jouant de leurs instruments. Le visage empreint de douceur de la jeune reine, aux traits fins et délicats, définit le canon de beauté féminine qui, au 18ème siècle, s’imposa comme l’un des traits distinctifs de l’esthétique raffinée des écoles picturales dite « des collines » (pahari) du Pendjab. Le paysage à l’arrière-plan, avec sa perspective cavalière et l’évocation de la nature dans une lumière diffuse et adoucie, est caractéristique de l’atmosphère romantique de cette tradition artistique indienne.

Les vêtements portés par les différents personnages de cette scène de cour illustrent les diverses traditions vestimentaires attestées dans les principautés rajpoutes, où prévalait le plus souvent une mode d’inspiration moghole. Ainsi, l’homme debout derrière les deux musiciennes est vêtu d’une robe à manches longues, tombant à mi-mollets, portée sur un pantalon étroit (payjama) qui est souvent taillé dans une étoffe rayée, et maintenue par une ceinture (patka) aux extrémités brochées d’or. Plus varié, le costume féminin ne se limite pas à la seule influence moghole. Cette dernière est néanmoins perceptible dans la mise des quatre suivantes vêtues du payjama porté avec une sorte de pèlerine ou de grand châle (patka) et un voile de tête (odhni). Dans la tradition picturale pahari, reflet des usages vestimentaires locaux, le vêtement féminin de style moghol semble généralement réservé aux servantes – les reines, les princesses et autres dames de haut rang arborant une tenue plus « indienne ». Celle-ci, constituée d’un corsage dénudant le ventre et porté sur une ample jupe plissée et que complète l’odhni d’étoffe diaphane recouvrant la tête et parfois le buste, est précisément la tenue adoptée ici par la rani et les deux musiciennes assises à ses pieds.

Les derniers siècles de l’art indien sont caractérisés par un développement important de la peinture d’album, et les écoles sont fortement diversifiées. En effet, dès les 16ème au 17ème siècles, toute l’Inde du Nord sera dominée par les "Grands Moghols". Ces empereurs fastueux, pratiquant l’islam sunnite, ont développé un art raffiné. Parallèlement, quelques autres courants plus authentiquement hindous se développent, illustrant les grands textes classiques de la littérature indienne, ou réalisant de très beaux portraits des souverains et de leurs proches. Au Pendjab, la peinture pahari, prit un très grand essor dès le milieu du 18ème siècle.

Cette miniature fait partie de la production des écoles picturales rajpoutes déjà fortement teintées de réminiscences mogholes et qui s’intensifièrent à la suite du sac de Delhi en 1739 par le Persan Nadir Shah. Beaucoup d’artistes de tradition moghole quittèrent alors la capitale pour venir s’installer dans les principautés du Rajasthan et dans les collines du Haut-Pendjab. Leur arrivée modifia dès lors les conventions esthétiques d’abstraction et d’idéalisation de la peinture rajpoute, et l’enrichit d’un répertoire thématique renouvelé.

Plus d'œuvres à découvrir