Ganesha

Asie du Sud-Est
Fin du 12e siècle – première moitié du 13e siècle, époque angkorienne
82 x 64 x 47 cm
Grès
Légende

Ganesha

_en_alert_title Œuvre exposée actuellement au Musée Guimet - Place d'Iéna

Cette sculpture provient des abords du Srah Ta Set, un petit bassin situé au cœur d’Angkor Thom, la grande capitale historique du Cambodge. 

Elle illustre l’habileté des sculpteurs khmers à composer des images hybrides mêlant l’humain à l’animal en un tout harmonieux et presque naturel. Ganesha, dont l'embonpoint est une caractéristique constante, est ici représenté coiffé d’un couvre-chignon typique de cette période de l’art khmer. Assis en tailleur sur un socle carré, il devait à l’origine avoir quatre bras : l’image est malheureusement mutilée mais il est possible d’envisager qu’un chapelet et une petite hache – deux des attributs fréquents du dieu –  étaient tenus dans les mains supérieures. L’objet conique tenu dans la main droite placée sur le genou est sans doute l’une des propres défenses de Ganesha – qu’il lança lui-même à la face de la Lune dans un accès d’humeur, une nuit qu’elle raillait sa gaucherie et son apparence ridicule. L’objet sphérique apparaissant dans la paume de la main gauche peut, quant à lui, être identifié comme un gâteau sucré dont Ganesha est friand et que les fidèles lui apportent fréquemment en offrande.

Mais pourquoi Ganesha a-t-il une tête d’éléphant ? Selon une première légende, il aurait été conçu par le dieu Shiva et la déesse Parvati ; admiratifs de la tendresse et de la vigueur des ébats amoureux d'un couple d'éléphants, ils auraient un jour, par jeu, pris l'apparence de pachydermes pour se livrer à leurs relations charnelles ; de cette union leur serait né un fils doté d’une tête d’éléphant. Selon une autre version, Ganesha serait le fils de la seule Parvati. À cet enfant, doué de la plus grande beauté, la déesse confia la garde de ses appartements privés ; un jour que le jeune homme eut l'impudence d'interdire à Shiva l'accès à la chambre de son épouse, le dieu, pris de colère, lui trancha la tête. Devant le désespoir de la déesse, Shiva regretta bien vite son geste et commanda que l’on aille chercher la tête du premier être qui se rencontrerait afin de redonner vie à Ganesha : ce fut un éléphant, animal doué d’une grande intelligence…

Plus d'œuvres à découvrir