Chargement Évènements

« Tous les évènements

16 mars - 10:00,29 août - 18:00

L’ exposition L’arc et le sabre. Imaginaire guerrier du Japon est organisée autour du personnage du samouraï et de ses multiples facettes, connues, perçues, fantasmées ou parodiées. Constituée d’estampes, d’éléments d’armures, de photographies et d‘objets d’art, l’exposition met en avant l’imagerie du guerrier japonais dans la culture populaire, illustrant la vision du samouraï dans le Japon moderne et en Occident. Parmi les œuvres présentées, l’histoire des 47 rônins retrace le récit, à travers la série d’estampes conservées au MNAAG, de guerriers parmi les plus emblématiques du Japon.

La culture lettrée du guerrier japonais
Entre le 12e et le 19e siècle, les guerriers sont placés au sommet de la hiérarchie sociale
japonaise. Les seigneurs (daimyo), issus de l’élite et de l’aristocratie, cultivent les arts et le luxe. Avec la toute-puissance de l’aristocratie guerrière, la « voie du guerrier » (bushido) se développe, accordant une importance fondamentale aux lettres et à la culture, influençant la production artistique, comme en témoignent la mode des casques spectaculaires et exubérants, la pratique de la littérature et de la poésie par les shoguns, daimyos et samouraïs. La plupart des daimyos pensent de leur devoir et de leur rang d’entretenir des troupes théâtrales. La relation des samouraïs à l’esthétique se traduit aussi par un certain nombre de pratiques et divertissements aristocratiques qu’ils partagent assez largement avec les moines bouddhistes : la voie du thé (chado), la voie des bois odoriférants (kodo) et la voie des fleurs (ikebana).

Le samouraï, objet de théâtre et de parodie
Le théâtre est profondément ancré dans la culture japonaise. Le nô, le bunraku et le kabuki se sont particulièrement attachés à illustrer l’image du guerrier courageux, incarnant les valeurs du Japon ancestral. Né au 14esiècle, le nô est dès l’origine l’art préféré des empereurs, des samouraïs et des classes aristocratiques. On reconnaît un samouraï sur scène à son sabre (katana) et à son costume qui évoque un idéal de simplicité militaire et reflète le code du guerrier : droiture, courage, bienveillance, respect, honnêteté, honneur et loyauté. Au 17e siècle, le kabuki naissant, inspiré du théâtre de marionnettes bunraku, est considéré comme un théâtre de second plan par opposition au nô. Théâtre outrancier, parfois burlesque, très coloré, multipliant les scènes de combat et les histoires d’amour, le kabuki devient très populaire car il
s’adresse avant tout au peuple, se permettant une certaine liberté dans la caricature et la
critique du pouvoir. En effet, le public aime voir sur scène les samouraïs et les seigneurs dans des postures parfois comiques ou ironiques.

L’histoire des 47 ronins
Fondée sur des faits historiques, L’histoire des quarante-sept ronins met en scène un groupe de samouraïs sans maître (ronins) qui décident en 1703 de venger leur ancien seigneur, condamné à mort par suicide (seppuku), avant leur propre seppuku collectif. Cet acte de bravoure est considéré comme particulièrement honorable, symbole de la fidélité indéfectible de ces guerriers envers leur maître. L’ensemble des interprétations de cette histoire parfois romancée est regroupé sous le titre Chushingura (« Le trésor des vassaux fidèles »). De nombreuses pièces de théâtre sont écrites sur ce thème, dont la plus importante d’entre elles Kanadehon Chushingura. Elle devient une source iconographique importante pour les artistes de l’époque d’Edo et en particulier les maîtres de l’estampe parmi lesquels Utagawa Hiroshige, dont 15 estampes sur le sujet sont présentées dans l’exposition.

L’image du samouraï dans la culture contemporaine
Symbole de pouvoir et de loyauté, source de fascination depuis plus d’un siècle, le samouraï fait de nos jours partie de notre imaginaire. Ce guerrier historique à l’armure complexe, maîtrisant toutes sortes de techniques de combat, a constitué une source iconographique inépuisable pour les artistes contemporains, de la bande dessinée manga au cinéma en passant par les jeux vidéo et les films animés, peuplés de personnages aux pouvoirs surnaturels et de super-héros.

Commissariat
Sophie Makariou, présidente du MNAAG, commissaire générale
Vincent Lefèvre, directeur de la conservation et des collections du MNAAG

Le catalogue de l’exposition
L’arc et le sabre. Imaginaire guerrier du Japon, coédition MNAAG / RMN-GP
120 pages, 65 illustrations, 16,50€

Tarif unique
Collections permanentes et expositions temporaires : 11,50€ (plein), 8,50€ (réduit).
Seconde visite gratuite dans les 14 jours qui suivent la date d’achat du billet.

Réserver votre billet

Détails

Début :
16 mars - 10:00
Fin :
29 août - 18:00
Catégorie d’évènement:
Étiquettes évènement :