Éditorial. Par Sophie Makariou, présidente du musée national des arts asiatiques Guimet

L’été s’est ouvert sous le signe du Bouddha. La figure du sage du clan des Shakya, Siddharta, ou encore le Bouddha de notre ère, est chez elle dans le musée que fonda Émile Guimet il y a 130 ans déjà ! Pour suivre le fil de sa présence et de sa puissance d’inspiration artistique il faudrait, tel un pèlerin ďAsie, parcourir intégralement la géographie du continent contenu dans les 4000m² de collections permanentes et le secret des réserves. Jusqu’au 4 novembre il vous suffira de vous rendre dans l’espace du rez-de-jardin pour que du Bouddha nous vous racontions toute la légende dorée.

Puis viendra un temps de réjouissance autour de notre bel anniversaire qui nous donne un âge aussi vénérable que la grande dame de fer élevée à l’occasion de l’exposition universelle de 1889, à quelques toises du musée. Nous célébrerons dans un esprit joyeux cette fin de siècle qui fut une aube inventive. C’est la même innovation que met en valeur « ľAsie maintenant », parcours contemporain dans les collections permanentes qui souligne le dynamisme des acquisitions tournées vers le musée de demain.

En fin d’année la Corée sera alors à l’honneur dans nos murs, nous emportant de la tradition vers une modernité enracinée. Des étoffes de vents de Lee Young-hee à la scène musicale contemporaine, des forêts de signes de la jeune artiste coréenne Min Jung-yeon, à laquelle le musée a donné carte blanche, du cinéma à la littérature nous vous invitons à reprendre tous les chemins de la création en Asie.

> Consulter et télécharger le programme septembre 2019 – janvier 2020

Téléchargez le programme septembre-janvier en Pdf

pdf

 

Crédit photo :

© Didier Plowy