Fiction de Nagisa Oshima, 1968, 1h57, vostf

Adapté d’un fait divers survenu dix ans plus tôt, un résident coréen au Japon a été reconnu coupable de meurtre et condamné à mort par pendaison. Mais le jour de son exécution, il perd la mémoire. Peut-on dès lors pendre légalement un homme qui n’a plus conscience de ses actes ?
A la fois réquisitoire contre la peine de mort, satire absurde et pamphlet contre l’Etat.