Une installation contemporaine au musée Guimet : « God Pound » ou le “dépôt des Dieux” de l’artiste Hung-Chih Peng.

Du 17 juin au 19 octobre 2009
 

Rotonde de la bibliothèque – 1er étage

Le musée Guimet marque son ouverture à l’art contemporain et expose dans ses collections permanentes l’œuvre d’un artiste d’origine taïwanaise né en 1969.

(JPG)
© Courtesy DSL Collection
L’art contemporain au musée Guimet

Après le vernissage de l’exposition « De neige d’or et d’azur. CHU TEH-CHUN et la manufacture de Sèvres. Un maître chinois contemporain au musée Guimet », le Musée Guimet propose dès le 17 juin un nouvel événement, l’installation d’une œuvre contemporaine au sein des collections permanentes, présentée au cœur de la bibliothèque historique du musée (datant de 1889) appelée la Rotonde aux arts graphiques.

Découvrez Le Musée Guimet s’ouvre à l’art contemporain sur Culturebox !

L’artiste : Hung-Chih Peng

Hung-Chih Peng est un artiste d’origine taïwanaise. Il est né en 1969 à Taoyuan à Taïwan. Artiste plasticien, il a exposé récemment son œuvre à la manifestation Taïwanpics.doc- art contemporain taïwanais, à l’Ecole nationale des Beaux-arts de Paris (du 24 mars au 3 mai 2009), en lien avec le centre culturel Taïwanais.

L’œuvre « God Pound » ou le « dépôt des Dieux »

L’œuvre s’intitule « God Pound » et date de 2006. Six cents six statuettes de divinités en bois polychrome ou dorées, parfois acéphales, sont réunies en assemblée. Divinités du taoïsme, du confucianisme ou du bouddhisme, courants majeurs des religions d’Asie, ces divinités évoquent par leur multiplicité, un signe du syncrétisme culturel asiatique.
Ces statuettes tournées vers un même horizon fixent un écran plasma, sur lequel le chien de Peng - « le moine canin », signe mot à mot le texte d’une chronique de l’artiste intitulée Supplique aux Dieux, sur un mur blanc. En plaçant l’animal au centre de la création, l’ordre des choses s’inverse et le chien permet à l’artiste de mieux démythifier l’œuvre d’art.

La symbolique

L’installation nous interroge ; le chien, créature innocente et inférieure, devient le médiateur des textes sacrés et crée le lien entre le lecteur et les écritures. Qui est le sujet d’écriture et à qui s’adressent-elles ? Aux 600 infortunées divinités bouddhiques campées là et sauvées de la destruction, métaphore de la « la chute des Idoles » ?
Ainsi l’artiste se questionne sur la structure sociale, sur les phénomènes culturels, sur les problèmes d’identité et sur la hiérarchie entre Dieu, l’homme et l’animal.

Découvrir …

Venez découvrir cette installation contemporaine, symbole du temps présent-instantané, au sein de la bibliothèque historique du Musée Guimet, lieu de chronologie, Babel des mémoires et des savoirs.

LIENS