Le stûpa

 

Le stûpa

Tumulus funéraires édifiés sur les cendres de rois défunts, les premiers stûpa ne furent pas d’emblée associés à un contexte religieux spécifique. Bientôt construits sur les cendres ou les reliques du Bouddha historique ou sur celles de grands saints, offrandes élevées par les pèlerins, les stûpa sont devenus les monuments vénérés par excellence dans le bouddhisme. Ils commémorent avant tout la mort du Bouddha historique, sa complète et définitive extinction.

Il existe des stûpa monumentaux et de petits stûpa-offrandes qui tiennent dans le creux de la main. La forme et l’identité symbolique des stûpa ont évolué et se sont enrichies en fonction des époques et des pays où le bouddhisme s’est développé.

Les plus anciens stûpa connus se trouvent en Inde. Ceux de Sâncî par exemple se présentent comme des massifs de maçonnerie pleins, en forme de bol renversé, installés sur une terrasse et entourés d’une balustrade ouverte aux quatre orients. Cette balustrade définit un chemin processionnel qui invite le fidèle à tourner rituellement autour du monument dans le sens des aiguilles d’une montre. Le corps du stûpa ou sa balustrade ont parfois accueilli des reliefs décoratifs ou narratifs offerts par des moines ou des laïcs. Les magnifiques exemples du premier art bouddhique de Bhârhut et de Sâncî ont illustré des épisodes de la vie du Bouddha ou des fables édifiantes : les Jâtaka.

Dans le monde himalayen, les stûpa sont appelés tchörten. Ils renferment des formules sacrées, sont souvent entourés de drapeaux de prières multicolores et marquent le paysage de façon caractéristique en protégeant les carrefours ou les cols d’altitude. Le bouddhisme himalayen associe au stûpa un symbolisme très complet dont les éléments correspondent aux différentes étapes de la progression vers l’Eveil.

En Asie du sud-est et en Extrême Orient les stûpa ont souvent pris la forme de tours très élancées à étages et toits multiples souvent nommées « pagodes ». Elles accueillent parfois en leur sein une petite chapelle.

(JPG)
Stûpa contenant un rouleau de prière, Japon, Epoque de Nara (710-794), bois, musée Guimet, MA 5966.
(JPG)
Stûpa, Népal, première moitié du XVIIIe, siècle, cuivre doré, musée Guimet, MA 6002 A et B.
(JPG)
Fragment d’un chambranle figurant un stûpa votif, Afghanistan, schiste, musée Guimet , MG 17200.