Kalamkari

Terme d’origine persane désignant une étoffe de coton peinte à la main (de kalam : pinceau, brosse et kari : main). Le dessin est réalisé à la main au fusain ou à la poudre de charbon. Les parties destinées à être rouges ou ocres sont recouvertes, à l’aide du kalam, de mordants (généralement des sels métalliques ou de l’alun) qui permettent la fixation des couleurs lors du bain de teinture. Seul l’indigo peut se passer de mordant. Donc on réalise d’abord les autres couleurs que l’on protège ensuite à la cire avant le bain d’indigo.

Notices connexes
TextilesToile peinte représentant une scène de cour