Les spectacles de la rentrée

 

A partir d'octobre 2016

Réservez dès maintenant vos places parmi cette programmation de spectacles et concerts dédiés à l'Asie !

Vendredi 28 et samedi 29 octobre à 20h30
Deepa Chakravarthy
Accompagnée par Rikesh (violon), M.S. Sukhi (mridangam), et Murali Parthasarathy (chant)
Danse mohiniattam (Inde du sud-ouest)

Le mohiniattam s’enracine dans la tradition des danses de temple du Kerala. Caractérisée par l’ampleur et la souplesse des mouvements et la grâce de l’expression, cette « danse de l’enchanteresse » tire son origine de la mythologie hindoue : le dieu Vishnou aurait pris à plusieurs reprises l’apparence séductrice de Mohini pour vaincre les démons.
Deepa Chakravarthy, formée d’abord au bharatanatyam, s’est prise d’une passion singulière pour le mohiniattam, danse presque exclusivement féminine. Disciple de Gopika Varma et Neena Prasad, elle se produit désormais sur les scènes internationales, y apportant fraîcheur, sensibilité et virtuosité, saluée tant comme danseuse que comme chorégraphe. En savoir plus...

Mercredi 9 et jeudi 10 novembre à 20h30
Taiko
“And never the twain”
Tambours japonais (World jazz)
Kaoru Watanabe (Etats-Unis), Shoji Kameda (Etats-Unis), Art Lee (Japon) et Grete Moortgat (Belgique)

entete-taikoQuatre maîtres percussionnistes sont réunis pour ce concert de taiko (tambour japonais). Kaoru Watanabe (Kodo, Watanabe Taiko), Shoji Kameda (On Ensemble), Art Lee (Ondekoza, Wadaiko Tokara) et Grete Moortgat (Feniks Taiko) mêlent taiko traditionnel et shinobue (flûte) aux rythmes du jazz et aux percussions de tous les coins du monde, dans une palette sonore riche et vibrante d’énergie. Produire le « bon son » avec le taiko demande un travail corporel exigeant, un ancrage et une stabilité du bassin qui permet d'accéder à la souplesse, au silence intérieur et à la joie profonde que procure cette pratique. Il peut ainsi être considéré comme musique, art martial, méditation ou danse.
“East is East, and West is West, and never the twain shall meet." Ce vers de Rudyard Kipling est tiré d’un poème qui dit que là où les hommes forts se rencontrent, ils le font sur un pied d'égalité et toutes les frontières disparaissent alors. En savoir plus...


Vendredi 25 novembre à 20h30
Ka Dao Yin
Est et ouest – A la croisée des sons
Taïwan (World jazz)
Shih-Yang Lee (piano), Klaus Bru (saxophones et flûte), Li-Chin Li (orgue à bouche sheng) et Chun-Te Liu (cithare guzheng)

Ka Dao Yin est un ensemble de musique du monde originaire de Taipei et Londres. Avec ses mélanges singuliers de piano, saxophones, sheng et de guzheng, cette musique se place au carrefour de la musique contemporaine et des traditions chinoises, de la musique improvisée et du jazz.
Le nom Ka Dao Yin est la transcription d'un jeu de mot qui signifie « être pris dans quelque chose ». Cette implication se traduit en un florilège d’improvisations expressives à la structure très libre, empreintes d'une profonde sensibilité avec une interaction fusionnelle entre les membres du groupe. Ka Dao Yin tisse ses cheng yu (expressions idiomatiques composée de quatre caractères) comme autant de thèmes illustrant l’essence de la vie de façon poétique ou amusante. En savoir plus...

Vendredi 9 décembre à 20h30
Le Cadeau de jade
Création de Yaping Wang
Yaping Wang (direction artistique, yangqin, composition - Taïwan), Hsin-yi Wang (percussions – Taïwan), Didier Malherbe (duduk et autres instruments à vent – France), Jérôme Fouquet (trompette, composition - France) et Kengo Saito (sitar - Japon)

Puisant aux sources de diverses musiques d’Asie, « Le Cadeau de jade » est une création de la compositrice Yaping Wang, virtuose du yangqin, instrument traditionnel chinois dont elle compare la sonorité à la finesse, l’éclat et la fraîcheur du jade. Cadeaux asiatiques par excellence, dix pièces de jade ont été choisies parmi les œuvres de l’exposition en cours au musée. Elles seront la source d’inspiration de ce concert exceptionnel, chacune étant évoquée dans un morceau par rapport à son époque, son histoire, son symbole : Disque bi avec décor de nuages enroulés, Plat en forme de tigre marchant, Chute de perles dans un plat de jade… Les échanges historiques de présents entre deux pays, échanges d’amitié et de culture, seront traduits en échanges musicaux et dialogues entre les musiciens de divers horizons. En savoir plus...

Vendredi 20 janvier à 20h30
Les Violons Barbares
Dandaarvaanchig Enkhjargal (morin khuur, chant - Mongolie), Dimitar Gougov (gadulka, chant - Bulgarie) et Fabien Guyot (percussions - France)

Enkhjargal joue le traditionnel morin khuur, vièle à tête de cheval, et pratique le chant mongol, alternant le bourdon du chant diphonique khoomi avec les aigus épurés du chant long urtiin duu.
Dimitar joue de la gadulka, instrument à trois cordes mélodiques et onze cordes sympathiques.
Fabien joue sur tout ce qui est susceptible de produire du son - allant des tambours africains ou maghrébins aux saladiers et bouillottes.
Le trio façonne un espace d’une grande originalité où chacun donne libre cours à sa créativité, entre traditionnel et contemporain, toujours avec un zeste d’humour. Folk mondial, blues kazakh ou rock électrique, leur musique énergique et merveilleusement interprétée nous emporte vers de vastes contrées lointaines. En savoir plus...
« C'est drôle et flamboyant, ça fouette le sang. » Anne Berthod - Télérama