Fragment de soierie bouddhique

Chine

Dynastie Ming (1368-1644)
Broderie (needle-loop) sur damas de soie
28,6 x 3,5 cm. Cadre : 29 x 44 cm
MA 11527 (AEDTA 3680)

 

La Chine disposait de nombreuses techniques de broderie pour orner les étoffes de soie. Un des effets les plus somptueux s’obtenait grâce à la technique du needle-loop. Un grand nombre de tissus décorés de cette manière étaient destinés à un usage bouddhique, en Chine ou exportés dans les pays voisins au Tibet, au Japon.

Cette broderie présente une variante sur le thème de la fleur et de l’oiseau. Une pivoine épanouie est entourée de sa tige en rinceaux, incurvée sous un paon (au lieu d’un phénix, plus fréquemment représenté). Le paon, oiseau au somptueux plumage fait partie des êtres merveilleux censés habités l’Etang du Lotus Sacré. A l’instar d’autres motifs parvenus en Chine par les sentiers du bouddhisme, il a pris place dans le répertoire décoratif chinois

La broderie en needle-loop habituellement imparti aux bordures et au réseau de boucles détachées du fond, est utilisée ici de façon extensive. Elle est réalisée sur un fond de damas ; la tige aussi bien que le contour des plumes, des pétales et des fleurs est fait de minces bandes de papier doré, fixées par des points de chaînette. Les feuilles et les vrilles, plus claires, sont à peine visibles mais le jeu de nombreux motifs crée un effet de texture d’une grande délicatesse. Une teinture ou peinture ultérieure a modifié la palette d’origine selon une pratique tibétaine courante.

L’ensemble du panneau a été couvert d’un colorant jaune d’or, la pivoine a reçu de la même façon, une application locale de colorant, en dégradé du rouge au rose, sur ses pétales.

Glossaire