Etoffe rituelle jaïne (puthia)

Inde, Gujarât

XVIe siècle
Coton brodé avec soie et herbe kusha
126 x 15 cm
MA 5684 (AEDTA 2381)

 

Cette longue bande de tissu brodée se divise en neuf panneaux. Huit d’entre eux, encadrant une étoile à huit branches, représentent, chacun, une Vidyadevi, divinités de la connaissance dans la religion jaïne. Les Vidyadevi sont normalement au nombre de seize, ce qui fait supposer l’existence d’une seconde étoffe faisant pendant à celle-ci. Un tissu brodé conservé au Calico Museum présente de nombreuses similitudes du point de vue de la technique de broderie utilisée ainsi que du style, mais les différences ainsi que de possibles recoupements iconographiques interdisent de faire de ces deux pièces une paire.

Chaque Vidyadevi se détache sur un fond rouge foncé ; chacune est assise en tailleur sur un coussin, sous une arcature dont les éléments changent à chaque fois. Leur tête de trois-quarts, toujours orientée vers la gauche, est auréolée. Elles possèdent toutes quatre mains, les mains supérieures tiennent leurs attributs tandis que les mains inférieures font le geste de l’invitation au don (varadamudra). La couleur de la peau varie selon la divinité représentée. Elles sont vêtues d’une jupe décorée de motifs géométriques, d’un choli de couleur et d’une ceinture dont les pans se déploient de part et d’autre de la divinité. Coiffées d’une tiare, leurs cheveux sont rassemblés en chignon. Elles sont parées d’importantes boucles d’oreilles cylindriques, de bracelets semblables et d’un long collier ondulant qui retombe sur la poitrine. En bas, à gauche est représenté un animal leur servant de véhicule (vahana).

Le style de cette broderie est tout à fait comparable à celui des miniatures jaïnes des XVe et XVIe siècles. Cette datation est particulièrement ancienne pour un textile indien, le climat de l’Inde n’ayant guère été propice à la conservation des textiles. Par conséquent, cette étoffe s’avère tout à fait exceptionnelle.