Torse de Buddha

Uttar Pradesh (Inde du Nord), région de Mathurâ

Epoque Gupta,
début du VIe siècle de notre ère
H. : 142 cm - L. : 54 cm
MA 4864

 

Ce torse de Buddha sculpté dans le grès rose caractéristique de la région de Mathurâ, résume à lui seul le style des ateliers de cette école à l’époque Gupta. Représentée debout dans une attitude frontale et parfaitement symétrique, cette figure se projetait autrefois en très haut relief, sur une large dalle de même matière. Cette oeuvre, aujourd’hui acéphale, possède un modelé particulièrement sensible propres aux effigies de ce style qui se caractérise par une silhouette qui répond déjà à un certain canon classique par ses épaules larges et ses hanches étroites, ses bras puissants, et ses jambes longues et fuselées qui apparaissent sous le vêtement. De plus, ce corps éthéré à la musculature fluide est habillé d’une fine et transparente robe monastique uttarâsangâ, au « drapé mouillé », laissant deviner le vêtement de dessous antarâsanga. La main droite manquante devait à l’origine esquisser le geste d’absence de crainte « abhaya mudrâ ».La tête du Buddha était autrefois nimbée d’une grande auréole circulaire, dont un fragment, décoré de motifs floraux et de perles sur un fond de feuillage luxuriant, subsiste au-dessus de l’épaule gauche. La pureté des formes, l’harmonie des proportions, la qualité d’exécution de ce buste et la virtuosité du traitement de la robe et du nimbe, font de cette pièce l’archétype même de la sculpture bouddhique, qui traversera les siècles, de l’Asie du Sud-Est, en passant par le Tibet, jusqu’en Chine et au Japon.

En Inde, le style Gupta marque l’art de la période classique et post-classique qui s’épanouit du IVe au VIIIe siècle de notre ère. Au cours de cette époque qui constitue « l’âge d’or » de la civilisation indienne, on assiste à un épanouissement sans précédent de tous les arts. En sculpture, deux écoles, deux styles, s’imposent par leur qualité exceptionnelle : Mathurâ et Sârnâth.