Mandala de Vajrâmrita

Tibet

XVIe siècle
Gouache sur toile
83 x 72 cm
Donation sous réserve d’usufruit,
L. Fournier
MA 5186

 

Le dieu Vajrâmrita à six bras est présenté assis au centre de la composition, dans l’attitude noble, enlaçant la déesse Svâbhaprajnâ. Son épiderme « couleur de la fleur de priyangu » est traduit ici par du vert clair. Ce couple est entouré de huit autres déesses occupant les pétales d’un lotus central sur la forme duquel est bâtie l’organisation générale de cette composition. Deux gardiens et deux gardiennes protègent l’accès du domaine divin : Bhrikutîtaranga bleue à l’Est, Bhayabhîsana, blanc au Sud, Hayarypa rouge à l’Ouest et Gananâyaka vert au Nord. De même que le dieu principal, toutes les divinités secondaires possèdent trois têtes et six bras. Dans les écoinçons à l’extérieur du diagramme, vingt médaillons de tailles diverses contiennent des déités farouches à trois têtes ainsi que des religieux qui appartiennent peut-être à la filiation spirituelle des Sa-skya-pa. Cette oeuvre est une expression du style « népalisant » à son apogée au Tibet. Ainsi la plupart des thèmes décoratifs sont-ils empruntés à l’art néwar : les dominantes rouges et bleues, les motifs tapissant de rinceaux et de crosses de lotus, flammes déchiquetées, pilastres végétaux au chapiteau épanoui, arcatures trilobées. Les personnages aux proportions élancées et aux visages poupins se rattachent à cette même tradition. De par la multiplicité des détails rendus avec la minutie de l’enluminure, cet ensemble revêt un aspect particulièrement précieux et sophistiqué.

Vajrâmrita est une divinité tutélaire qui fut notamment à l’honneur aux XIVe et XVe siècles. Son nom pourrait se traduire par « Ambroisie adamantine ». Ces compositions sacrées doivent se conformer à un modèle préétabli par des traités iconométriques en vue de garantir leur efficacité cultuelle. La présentation des principaux dieux du panthéon, confère à ces mandala une fonction didactique.

Glossaire