Oreiller en forme de tigre couché

Grès peint de type Cizhou, dynastie Jin, fin du XIIe siècle L. 41 cm ; l. 18 cm ; H. 9,5 cm MA 5023

 

Comme en d’autres pays, l’oreiller en Chine est un objet conçu pour soutenir la nuque des dormeurs. Objet de confort tout autant que protection contre les esprits malveillants de la nuit, il a une forme de coussin plus ou moins franchement rectangulaire dont la face supérieure, en plan incliné, présente une bordure avant légèrement concave. Un des plus anciens exemplaires connus est celui de la tombe de Liu Sheng (II e s. av. notre ère), rectangulaire, fait de plaques de jade cerclées de bronze doré et orné à chaque extrémité d’une tête de dragon dressée. L’oreiller zoomorphe constitue quant à lui une catégorie à part, limitée en nombre et dans le temps. Il est inventé en effet dans les ateliers de Cizhou (province du Henan) dont les grès à décors incisés, champlevés et peints en brun de fer, sur engobe clair et sous couverte transparente, ont donné leurs plus beaux fleurons entre les XIe et XIIIe siècles. Du modelé ramassé en forme de tigre couché de l’oreiller du musée Guimet, émane une impression de force que tempère l’image de l’oiseau perché sur son dos. Un motif inspiré des peintures d’album contemporaines et que sert un pinceau souple et généreux, lequel précise et souligne aussi les détails anatomiques et le pelage du félin.