Zébu debout

Terre cuite et glaçures Epoque Tang, début du VIIIe siècle H. 26cm ; L. max. 32 cm ; terrasse, 10 x 14 cm. Don Michel Calmann, 1978, MA 4024

 

L’animal d’un réalisme saisissant est fermement campé sur une terrasse rectangulaire. Le corps tout entier est fait d’une terre dense à glaçure ivoire sur laquelle se détachent les taches brun vert du pelage obtenues à l’oxyde de cuivre. Les coulures qui en ont résulté, laissées s’écouler sans contrainte, paradoxalement en augmentent encore le naturel. Saisi dans toute sa puissance, le zébu est une œuvre rare tant par la qualité de sa facture que par le peu d’exemples connus que l’on puisse lui comparer et le fait qu’il ne soit pas attelé à un char, ainsi qu’on a coutume de le trouver. Mais dans ces conditions, l’absence de contexte archéologique rend incertaine la détermination précise de sa fonction dans la tombe. Sans doute convient-il de voir dans ce chef-d’œuvre tout aussi bien l’image de la bête de labour et du géniteur d’un bétail indispensable au paysan que celle, peut-être, du « pacificateur des eaux », qui fut son rôle sous le règne antique de Yu le Grand qui l’employa dans cette tâche afin qu’il contribue au rétablissement de l’harmonie du monde troublée par le débordement de flots en fureur dont il était chargé.