Buddha paré

Birmanie, Myanmar, provenance exacte inconnue

XIVe siècle
Bois de teck
H : 187,5 cm
MA 3795

 

On ne sait de quel contexte religieux - mahâyânique ou theravâdin -relève cette image du Buddha paré. Les bijoux : diadème, collier pectoral, ainsi que l’ornementation du vêtement sont typiquement birmans. Certains motifs décoratifs, tels les fleurons et pendeloques dressées, qui se retrouvent sur les encadrements d’arcs et fenêtre des monuments locaux, semblent dériver de l’art pâla ou même de l’art khmer, via le royaume de Sukhothaï. Le Buddha effectue de la main droite la mudrâ ou geste du don (varada). Cette représentation est conforme à l’esthétique particulière de l’époque classique de Pagan et se réfère directement aux sculptures découvertes dans les monuments de la grande capitale birmane (XIe-XIIIe siècle environs) à son apogée historique et artistique. Néanmoins, le visage plat et carré suggère une datation légèrement plus tardive.

Cette statue en bois de teck, autrefois laquée et dorée, fut sculptée dans un unique tronc d’arbre.

Quelques images de même iconographie ont été découvertes dans différents temples de la ville de Pagan. La prise de cette cité par les Mongols en 1287, entraîna un certain déclin et le fractionnement du pays, mais nullement un arrêt brutal de la création artistique, ainsi qu’en témoigne cette oeuvre.