Le thé des lettrés

Jeudi 13 décembre à 12h15
 

Conférence publique et gratuite

Par Catherine Delacour, conservateur en charge des arts de la Chine

Plante chinoise, dont les vertus médicinales furent très tôt découvertes, le thé devient le breuvage de la haute société dès les Tang et peu à peu se démocratise et s’exporte. Trois modes principaux de préparation et consommation caractérisent sa longue histoire en Chine : le thé bouilli, sous les Tang, qui sera adopté en Mongolie mêlé au lait de jument, le thé battu sous les Song, qui sera adopté au Japon où il sera ritualisé à l’extrême, enfin le thé infusé sous les Ming qui sera adopté en occident et y connaîtra le succès que l’on sait.
Mais en Chine même, entre le thé des empereurs et gens de cour et celui du peuple, se dessine lentement à travers les différents modes d’expression artistiques que suscite ce breuvage, une étroite convergence entre l’esprit lettré et l’esprit du thé : le thé des lettrés.