Sabir Khan et Prabhu Edouard

Sarangi et tabla (Inde du nord)
 

Considéré comme l’un des instruments les plus proches de la voix humaine, le sarangi signifie littéralement « cent couleurs » ou « cent humeurs » parce que son jeu très particulier permet de suivre précisément des variations de sons infimes.

Il se compose d’une caisse de résonance recouverte d’une peau de chèvre et d’une quarantaine de cordes métalliques qui résonnent lorsque l’archet frotte les trois principales cordes en boyau de chèvre épais. La main gauche parcourt ces trois cordes en y faisant glisser le dos des ongles pour les bloquer, et non en appuyant sur elles avec le bout des doigts comme au violon. Très présent dans le folklore du Rajasthan, mais aussi dans les musiques populaires des villages de l’Inde entière, il accompagnait à l’origine le chanteur. Aujourd’hui, il est heureusement reconnu en tant qu’instrument solo.
Sabir Khan, né à Jodhpur au Rajasthan, appartient à la Sikar Gharana et représente la 9ème génération de sarangistes. Il reçoit l’enseignement de son grand-père Ustad Gulab Khan, de son oncle Ustad Nasir Khan, puis plus tard de son père le célèbre Ustad Sultan Khan, avec qui il vient d’enregistrer un album intitulé « The Legacy » (« La transmission »). Il a joué dans les salles et les festivals du monde entier, avec notamment Zakir Hussain, Anindo Chatterjee, Kumar Bose… Parallèlement à sa carrière de musicien classique, il compose ses propres albums et joue aussi souvent dans la bande-son de blockbusters de Bollywood, dont Jodhaa Akbar. Il a également participé à l’enregistrement des albums des deux grandes chanteuses Lata Mangeshkar et Asha Bhosle.
Prabhu Edouard, qui figure parmi les rares spécialistes du tabla en Europe, est l’un des joueurs les plus éclectiques de sa génération.
Musicien traditionnel accompli, ce virtuose est l’un des disciples émérites du célèbre maestro Pandit Shankar Ghosh. Il a accompagné les plus grands noms de la musique et de la danse indiennes, dont Hariprasad Chaurasia, Laxmi Shankar, V.G. Jog, Ashish Khan, Sabri Khan, T.V.Gopalakrishnan, T.Vishwanathan, Shashank, Smt. Rohini Bhate, Rajendra Gangani, Astad Debu…
Musicien nomade et expérimentateur passionné, il a aussi joué ou enregistré en compagnie de nombreux musiciens de jazz dont David Liebman, Marc Ducret, Nguyen Lê, Magic Malik, Didier Malherbe... Ses percussions ont également résonné aux côtés de personnalités telles que Maurice Béjart, Jordi Savall, J.-P. Drouet, Saïd Chraïbi, Jamchid Chemirani, Pierre Bernard, Mario Laghina, Moriba Koïta, Kudsi Erguner …
Il a fondé la première formation internationale de percussion créée à Calcutta et réalisé l’album « Ka » de la chanteuse Seheno ; album pour lequel il a créé le premier coffret CD écologique fabriqué en Inde.
Concertiste plébiscité, Prabhu est aussi un pédagogue recherché qui se consacre à la transmission de son art au cours de séminaires et master–classes internationaux.
Une rare rencontre avec l’un des instruments indiens les plus difficiles et émouvants…