Conférences et rencontres

 

Toutes les conférences et les rencontres proposées par le service culturel et pédagogique.

Silence(s)

Du bruit, du raffut, du fracas partout tout le temps.
Alors… Osons un pas de côté, osons le silence, pour regarder mieux et goûter plus intensément la saveur des œuvres du musée.
Le silence ? Il ouvre l’espace de la contemplation et de l’émerveillement. Lorsqu’il s’épanouit dans l’expérience de la beauté et de l’intimité confiante, le silence accueilli, consenti, invite à goûter le cœur du présent. Dans la disponibilité de l’écoute, il initie une intensité de perception nouvelle, subtile et créative, il donne une résonance plus ample aux émotions.
Il est une joie, une promesse, un partage particulièrement valorisé en Asie. De la parfaite quiétude des visages du Buddha à la sobriété des céramiques japonaises de nombreuses œuvres des collections permanentes témoignent de la profondeur des valeurs qui s’y rattachent.

A l’initiative du chorégraphe Dominique Dupuy le projet Silence(s) porté par le Théâtre National de Chaillot s’installe au MNAAG pour une journée et une nocturne exceptionnelles le samedi 5 novembre 2016. Invitations poétiques à enter dans le silence, paroles et sagesses portées par les traditions spirituelles asiatiques, petites leçons pratiques de contemplation silencieuse… Diverses propositions vivantes et inattendues seront initiées, en toute sérénité.

Le 5 novembre 2016 Silence(s)

Avec Colette Poggi et Chantal de Dianous :
Rencontre à double voix
L’espace du silence, la promesse de l’inexprimé
11h - Salon Pelliot, Hôtel d’Heidelbach, 19 avenue d’Iéna
A double voix,  une mise en lumière des sources indiennes et chinoises pour révéler les nuances du silence au cœur de l’art, du rite et de la contemplation.

Petites leçons pratiques- de contemplation silencieuse
D’un premier silence à l’émerveillement, comment entrer en résonance avec la beauté ?
14h30 et 16h -Salon Pelliot, Hôtel d’Heidelbach, 19 avenue d’Iéna
Ou comment les grands maîtres du Chan chinois et du Shivaïsme du Cachemire révèlent les étapes de l’expérience esthétique et invitent chacun à entrer dans la contemplation : une petite leçon pratique de contemplation silencieuse.

Colette Poggi, indianiste, docteur en philosophie, enseigne le sanskrit et la pensée indienne.
Elle a publié  Les Œuvres de vie selon Maître Eckhart et Abhinavagupta , Le Sanskrit, Souffle et Lumière , L’aventure de la calligraphie, Geste-trait-résonance.

Chantal de Dianous, diplômée de philosophie et psychologie, se consacre à la recherche et l'enseignement des pratiques Yoga, Taiji quan et Kiryuho. Elle contribue à plusieurs revues consacrées aux traditions spirituelles asiatiques et à leurs disciplines corporelles.

Nocturne
Offrandes de silences et murmures poétiques de 18h à 23h
Dans les collections permanentes du MNAAG, 6 place d’Iéna
Une petite flamme dans chaque main : une offrande de lumière pour élire les plus beaux silences parmi les œuvres des collections permanentes… Une petite flamme dans chaque main et l’offrande de murmures poétiques pour redécouvrir la joie du silence.

Informations pratiques

Entrée libre pour la nocturne.

Inscriptions obligatoires pour les activités de 11h, 14h30 et 16h sur resa@guimet.fr


Conférences AFAO / MNAAG

Jeudi 6 octobre 14h30

Aurore Didier : La civilisation de l’Indus et ses énigmes » - Recherches récentes de la Mission archéologique du Bassin de l’Indus au Pakistan méridional

Premier grand phénomène d’urbanisation en Asie du sud, la civilisation de l’Indus (2500-1900 av. n.è.) suscite toujours de nombreuses interrogations sur son apparition soudaine et quasi-simultanée dans un très vaste territoire aux milieux naturels contrastés, sur son organisation socio-politique et son évolution chrono-géographique largement sous-estimée, ou encore sur les facteurs qui précipitèrent son déclin. Centrés sur l’étude de l’origine et des débuts decette société urbaine complexe, les nouveaux travaux de la Mission archéologique du Bassin de l’Indus comprennent un programme de prospections réalisées dans les piémonts du Sindh-Kohistan et la fouille du site Chanhu-daro,l’un des sites les plus emblématiques de la civilisation de l’Indus au Sindh. La conférence présentera les premiers résultats de ces recherches qui ont obtenu le label « Archéologie 2016 » de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Aurore Didier est directrice de la Mission Archéologique Française du Bassin de l’Indus, chargée de recherches au CNRS (UMR 7041-Archéologies et Sciences de l’Antiquité)

Lieu : Auditorium
Accès libre dans la limite des places disponibles

aurore-didier-AFAO-MNAAG

Photo (c) DR

Jeudi 1er décembre 14h30

Arnaud Bertrand : La passe du Soleil  dans l’oasis de chinoise de Nanhu (Dunhuang) : Ce que l’archéologie révèle d’une zone stratégique pour l’accès aux routes de la soie sous l’empire des Han antérieurs

La commanderie de Dunhuang, située aux marches occidentales des Han antérieurs (206 av. J.-C. - 8 apr. J.-C.), est le résultat d’une intense politique de conquête et d’occupation militaire. C’est un territoire immense et hostile que les Chinois ont été amenés à affronter, à dominer et à baliser. En quelques années, ils fortifient les zones sensibles, développent l’agriculture locale, appliquent une stratégie migratoire  et installent deux passes fortifiées au départ des itinéraires qui mènent  vers les cités-états du Taklamakan (Xinjiang, Chine). Celle du nord-ouest, la passe de Jade, est bien connue par l’archéologie. Celle du sud-ouest, la passe du Soleil, demeure introuvable et ce malgré ses fréquentes mentions dans les anciens textes chinois. Mais plus pour longtemps. De récentes prospections menées par l’auteur dans l’oasis de Nanhu ont révélées d’étonnantes découvertes de grandes murailles, de forteresses et de villes fortifiées datées des Han. Sommes-nous désormais capable de connaitre le lieu à partir duquel ambassadeurs, diplomates, militaires, moines et commerçants quittaient l’empire chinois  pour emprunter l’axe Sud des « routes  de la soie » ?

Arnaud Bertrand,  est un doctorant en archéologie et en histoire à l’École Pratique des Hautes Études et au Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO/UMR8155). Spécialisé sur l’histoire et l’archéologie de la dynastie des Han avec une particularité pour les régions du nord-ouest de la Chine, il y mène depuis plusieurs années des missions de prospections archéologiques qui sont effectuées en collaboration avec l’Institut de recherche de Mogao

Lieu : Auditorium
Accès libre dans la limite des places disponibles