Prix Émile Guimet de littérature asiatique 2017

Rendez-vous mercredi 28 juin pour découvrir le premier lauréat !
 

Rendez-vous mercredi 28 juin pour découvrir le premier lauréat !

 

Prix Émile Guimet de Littérature Asiatique


Du fondateur du musée national des arts asiatiques – Guimet, il reste l’image d’un riche industriel aimant le voyage et particulièrement l’histoire des religions. Plus méconnu est son engagement précoce pour l’éducation et son goût des belles-lettres.
A travers la création du Prix Émile Guimet de littérature asiatique, c’est à la fois à l’auteur des Promenades japonaises, à l’infatigable explorateur ainsi qu’à l’amoureux des civilisations de l’Extrême-Orient auquel le musée rend hommage.
Porte d’entrée sur l’Asie, le prix Émile Guimet de littérature asiatique apporte aux amoureux des voyages immobiles le nécessaire pendant oriental qui leur manquait !        
       
Que récompense-t-il ?

Le Prix Émile Guimet de littérature asiatique récompense un roman ou un récit fidèle à la volonté du fondateur du musée : faire découvrir une Asie protéiforme et toujours surprenante.

Quatre grands critères le caractérisent :
    - le lauréat est impérativement une traduction en français
    - l’auteur appartient à l’aire géographique des collections que le musée conserve
    - le livre a paru en France au cours de l’année civile précédente
    - la date de parution dans le pays d’origine remonte à moins de 10 ans

Cet ensemble de critères permet de rester au cœur de la création littéraire contemporaine asiatique.

La sélection 2017 du Prix Émile Guimet de littérature asiatique

D’octobre 2016 à mars 2017, le comité de sélection interne au musée et associant agents d’accueil et de surveillance, administratifs, personnel de la librairie, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes s’est réuni et a finalement arrêté la sélection suivante :


Nana à l’aube, Park Hyoung-su, Corée du Sud, Decrescenzo éditeur
L’échelle de Jacob, Gong Ji-young, Corée du Sud, Picquier éditeur
Une famille à l’ancienne, Chôn Myônggwan, Corée du Sud, Actes Sud éditeur
Celui qui revient, Han Kang, Corée du Sud, Serpent à Plumes éditeur
Le Dit du Loriot, Su Tong, Chine, Seuil éditeur
Lala Pipo, Hideo Okuda, Japon, Wombat éditeur
Delhi Capitale, Rana Dasgupta, Inde, Buchet Chastel éditeur
Le jardin des brumes du soir, Tan Twen Eng, Malaisie, Flammarion éditeur


Pour sa première édition, le prix Émile Guimet de littérature asiatique a le plaisir d’offrir la présidence du jury à l’écrivain et scénariste Jean-Claude Carrière. Il sera secondé dans sa tâche d’élire le premier récipiendaire du prix par :
    Sophie Makariou, présidente du MNAAG
    Valérie Vesque-Jeancard, déléguée générale de la RMN-GP
    Emmanuel Lozerand, professeur de langue et littérature japonaise, responsable de la collection Japon aux éditions des Belles Lettres
    Danielle Elisseeff, sinologue
    Elisabeth Lesne, éditrice et animatrice de rencontres littéraires
    Xavier Monthéard, responsable édition et correction au Monde Diplomatique
    Hélène Salat, libraire à la librairie des Voyageurs du Monde

Rendez-vous mercredi 28 juin pour découvrir le premier lauréat !
  vue des livres