Chargement Évènements

« Tous les évènements

  • Cet évènement est passé

03 février - 10:00,17:30

Cet événement est désormais complet. Toute demande de réservation est maintenant enregistrée sur liste d’attente.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Colloque – Méditations en questions – Diversité des héritages, dynamisme des évolutions

Objet d’étude pour les neurosciences, pratique désormais promue dans des contextes thérapeutiques, pédagogiques ou managériaux, la méditation trouve aujourd’hui sa place sous des modalités les plus diverses dans les laboratoires de recherche, les centres hospitaliers, les entreprises et même les applications smartphones !

Hautement valorisé, le lien de ces nouvelles pratiques avec les « sagesses ou traditions orientales » est perçu comme un gage d’authenticité et de qualité. Les mots, les images associés à ces pratiques contemporaines font ainsi large place à des référents asiatiques constituant une typologie aisément identifiable et une esthétique populaire amplement diffusée. Quel lien la méditation telle qu’elle est pratiquée ici, aujourd’hui, a-t-elle avec les réalités spirituelles, culturelles et artistiques dont elle revendique l’héritage ? Les usages contemporains sont-ils à l’écoute de ce dont la diversité des sources asiatiques témoigne ? À l’esprit curieux, attentif à ces nouveautés, désireux d’accéder à une information précise et à un questionnement ouvert, le MNAAG ouvre le colloque « Méditations en questions – Diversité des héritages, dynamisme des évolutions » le samedi 3 février 2018.

Il réunira pour une approche pluridisciplinaire tout à la fois historique, sociologique et artistique six spécialistes qui éclaireront la diversité des pratiques méditatives en Asie, leurs objectifs, leurs évolutions et leurs enjeux.

▬▬PROGRAMME▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Introduction

Présentation du coloque par Cécile Becker, Cheffe du service des activités culturelles au MNAAG
Introduction

Samedi 3 février – 10h
Durée : 15 minutes
Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Dévoiler la vibration du Cœur, essence de la méditation dans le Tantra, selon Abhinavagupta (10e-11esiècle), maître shivaïte du Cachemire

Des Upanishad aux Tantra, méditer renvoie à l’art subtil de l’intériorité. Il invite à un retour à la vie profonde, à la vibration universelle. Privilégiant l’élan spontané de la Conscience, Abhinavagupta met toutefois en garde contre certains écueils tels l’attachement aux formes méditatives ou au désir de salut…Les termes dhyana (recueillement) et samadhi (absorption profonde : « se poser complètement dans le centre ») sont deux clefs essentielles pour comprendre son appel à la simplicité.

Colette Poggi, indianiste, docteur en philosophie, enseigne le sanskrit et la pensée indienne. Elle a publié  Les Œuvres de vie selon Maître Eckhart et Abhinavagupta, Le Sanskrit, Souffle et Lumière , L’aventure de la calligraphie, Geste-trait-résonance.

Samedi 3 février – 10h15
Durée : 45 minutes
Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Vision du Maître. De quelques pratiques initiatiques en spiritualité musulmane

Les sources shi’ites et soufis évoquent un certain nombre de pratiques et d’exercices initiatiques. Parmi ceux-ci, la concentration sur le cœur et ses différentes « couches » occupe une place particulière. Son objectif est d’accéder à la contemplation des vérités secrètes et singulièrement à la vision de la lumière du Maître intérieur.

Professeur des universités, Directeur d’Études à l’École Pratique des Hautes Études-Paris, Mohammad Ali Amir-Moezi y détient la chaire d’histoire de la théologie islamique classique. Il est l’auteur d’un grand nombre d’articles et de livres, dont La religion discrète, Le Coran silencieux et le Coran parlant.

Samedi 3 février – 11h
Durée : 45 minutes
Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Pause
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Méditations taoïstes – Corps, esprit, vacuité

Afin de s’affranchir de toutes sortes de maux, les taoïstes ont développé nombre de méthodes, dont les méditations, associant corps et esprit. C’est en reliant ces derniers par le souffle (qi /ch’i) et des exercices de respiration spécifiques que l’on « trouve et réalise le Dao ». Cela au terme d’un cheminement vers la connaissance de soi et de son environnement, impliquant un retour à la source de vie et à ses origines ainsi que la reconnaissance de la vacuité en toute chose.

Catherine Despeux, professeur honoraire à l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) a étudié plus particulièrement l’histoire de la médecine chinoise, les techniques corporelles et méditatives du taoïsme et le bouddhisme Chan.

Samedi 3 février – 12h
Durée : 45 minutes
Auditorium

 ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Échanges
 ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Méditation bouddhique – Déconditionner ou reconditionner l’esprit ?

À rebours de certaines de ses pratiques, le bouddhisme a développé des méthodes méditatives visant à réformer le fonctionnement mental, non dans le sens d’un « déconditionnement » radical, mais plutôt dans le sens d’un reconditionnement volontaire, conçu en vue d’objectifs précis. Comment évaluer alors certains usages empruntant ces méthodes et les discours traditionnels qui les accompagnent ? S’exercent-ils dans un cadre conforme aux voies spirituelles dont ils se réclament ?

Stéphane Arguillère, maître de conférences à l’INALCO, est spécialiste de la pensée tibétaine. Il est notamment l’auteur de la traduction très annotée d’un grand traité de méditation de la tradition du Dzogchen, le Manuel de la transparution immédiate de Tülku Tshullo.

Samedi 3 février – 14h30
Durée : 45 minutes
Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
La place des pratiques méditatives et leur renouveau dans le bouddhisme sud-coréen

Tenu à l’écart par les élites lettrées pendant plusieurs siècles, le bouddhisme coréen a connu un important renouveau au cours du 20e siècle. Il rencontre actuellement un regain de popularité, notamment sous l’angle de ses pratiques méditatives. Ces dernières se comprennent dans le cadre d’une grande diversité d’engagements religieux, mais aussi d’une redéfinition des liens entre le monde séculier et les communautés monastiques en Corée du Sud.

Florence Galmiche est maîtresse de conférences à l’Université Paris Diderot. Ses recherches portent sur l’anthropologie de la Corée. Elle s’intéresse notamment aux transformations du bouddhisme dans la société contemporaine et aux relations entre les laïcs et les communautés monastiques.

Samedi 3 février – 15h15
Durée : 45 minutes
Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Pause

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
« Assis sous l’auvent » : peinture et poésie de méditation dans les milieux séculiers de la Chine du 16e siècle.

Particulièrement encouragée par des penseurs valorisant la synthèse néo-confucéenne, taoïste et bouddhique, la méditation fut couramment pratiquée par les lettrés chinois du XVIe s. Elle donna lieu à une production poétique et picturale chez des intellectuels de premier plan.

Ignorant toute représentation de postures de méditation, ces derniers choisirent de valoriser la richesse métaphorique et poétique du paysage pour montrer l’état intérieur du méditant et la continuité entre l’individu et son environnement.

Maître de conférences en langue, littérature et civilisation chinoises à l’université Rennes 2, Cédric Laurent travaille sur les relations entre peinture et littérature dans la Chine du 16e siècle. Son ouvrage Expériences de méditations : peinture et poésie de méditation dans le Chine des XVIe et XVIIe siècles, Paris, I éditions sera publié en 2018.

Samedi 3 février – 16h15
Durée : 45 minutes
Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Échanges et conclusions

Samedi 3 février – 17h
Durée : 30 minutes
Auditorium

▬▬INFORMATIONS PRATIQUES▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Méditations en questions – Diversité des héritages, dynamisme des évolutions
Auditorium – Gratuit
10h-17h30
Réservation obligatoire : resa@guimet.fr

Détails

Date :
03 février
Heure :
10:00,17:30
Catégorie d’Évènement: