De Bali à la Papouasie, d’Antonin Artaud au gamelan, à travers les arts plastiques, le récit d’aventure, la curiosité d’intellectuels et d’artistes occidentaux, le cinéma, la musique et la danse Indonésie, un portrait d’artistes est une invitation à rencontrer un archipel souvent ignoré.

Passés les charmes balinais convenus, le portrait d’artistes que le musée veut dessiner est celui de toute une génération qui, dès la fin de la première guerre mondiale, va se passionner pour l’Indonésie, admirant, captant, trahissant son héritage artistique pour en faire un matériau de création. C’est un siècle d’exploration artistique et d’itinéraires croisés qui s’ouvre alors où l’Indonésie, son mythique gamelan, sa danse aux enchantements ambigus, ses paysages et ses rites n’ont cessé de fasciner. En contrepoint, les images d’une Indonésie contemporaine et les interrogations qu’elles portent en montreront la vitalité créative, la source d’inspiration jamais tarie.

Indonésie, un portrait d’artistes est une programmation imaginée avec Patrick Bensard, ancien directeur de la cinémathèque de la danse, et placée sous le regard de Brigitte Lefèvre, ancienne directrice de la danse de l’Opéra National de Paris, directrice artistique du Festival de danse de Cannes, présidente de l’Orchestre de chambre de Paris.

▬▬PROGRAMME▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

►Walter Spies big band
Journée de rencontres

Compositeur, chef d’orchestre, peintre, cinéaste, Walter Spies durant l’entre deux-guerres est l’homme de toutes les rencontres occidentales avec l’Indonésie. Disciple de Scriabine, spécialiste du gamelan, intime de Murnau, proche de Charlie Chaplin, son installation à Bali draine la curiosité, suscite des vocations, nourrit l’art de tous ses amis. Rencontres, débats, table rondes et projection du film de Walter Spies, L’Ile des démons, entre autres films ponctueront cette redécouverte d’une Indonésie et d’une Europe aux destins créatifs pleinement liés.

Rencontres
Samedi 07/04 , de 11h-17h30
Billet d’entrée – Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

ÉCRANS INDONÉSIENS

Dans le prolongement de la journée de samedi, société indonésienne vue et fantasmée par les artistes occidentaux des années 1930, le MNAAG vous propose de découvrir à travers la création cinématographique contemporaine indonésienne une figure féminine tutélaire du pays et une autre vision de Bali, moderne celle-là.

► Kartini
De Hanung Bramantyo, 2017, vostfr

Kartini naît en 1879, pendant la période coloniale des Indes néerlandaises. A l’âge de douze ans elle maîtrise le néerlandais, qui lui ouvre les portes de l’éducation par la lecture. Vivant de l’intérieur les vicissitudes de la vie féminine (polygamie, sujétion au mari etc.) Kartini devient par ses actes et ses écrits une pionnière des droits des femmes et un symbole national. Ce film biographique revient sur le parcours d’une personnalité toujours révérée de l’Indonésie moderne.

Cinéma
Dimanche 8 avril / 14h
Durée : 2h02
5€/4€ – Auditorium

►The Seen and the Unseen (Sekala Niskala)
De Kamila Andini, 2017

Tantra et Tantri sont jumeaux. Lorsque Tantra tombe malade et perd progressivement l’usage de ses sens, sa jeune sœur, du haut de ses dix ans se crée un nouvel univers de perceptions. Entre dialogues imaginés avec son frère, danses de la vie quotidienne et immersion dans le Sekala Niskala, conception holistique du visible et de l’invisible de la vie balinaise, le film nous plonge dans une sublime représentation de l’Indonésie et de l’univers de ses enfants.

Cinéma
Dimanche 8 avril / 16h30
Durée : 1h26
5€/4€ – Auditorium

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

INDONÉSIE EN SCÈNE

Après un premier weekend indonésien placé sous le signe du septième art et de Bali, terre d’accueil d’artistes de toutes sortes et toutes contrées, le musée met à l’honneur musique, danse et chant à travers concerts, discussions et performances.

► Balade à Sumatra
Spectacle / Danse

Difficile d’éviter l’écueil de parler des hypnotiques sonorités du gamelan (ensemble instrumental de percussions) et des splendides chorégraphies balinaises lorsque l’on évoque la musique et la danse indonésienne. Les traditions artistiques de cet archipel aux 17 000 îles sont pourtant d’une infinie variété. En partenariat avec l’ambassade d’Indonésie en France, le MNAAG vous propose de découvrir la culture musicale et dansée d’une région moins connue du pays.

Spectacle / Danse
Vendredi 13 avril / 20h30
Durée : 1h30
20€/15€ – Auditorium

► Indonésie, musique et danse en héritage
Journée de rencontres

Autour de Brigitte Lefèvre et de Patrick Bensard, en compagnie de musicologues et historiens, tours et alentours d’une épopée musicale et dansée qui singularise l’Indonésie. Tables rondes, projections et présence d’interprètes permettront de mieux comprendre la richesse et la permanence d’une tradition toujours en effervescence.

Rencontres
Samedi 14 avril / 20h30
11h – 16h
Billet d’entrée – Auditorium

►Lisez ceci si vous souhaitez adopter un chien adulte
Performance

Bastien Poncelet est un jeune artiste belge, scénographe et performeur à qui le musée demande de conclure son voyage indonésien par une performance. Le fantôme, état spectral du personnage, hallucination symbolique, figure mortuaire, hante l’art balinais.  Lisez ceci si vous souhaitez adopter un chien adulte est pensé comme une expérience immersive de partage, une mêlée de sentiments complexes unissant, le temps de la représentation, chaque personne présente dans une cohésion émotionnelle. Les performances de Bastien Poncelet offrent d’aborder des sujets complexes dans des contextes artistiques peu sensibles aux questions sociales et politiques. Tout se joue alors dans la discordance qui réside entre l’incongruité de la situation mise en scène et l’importance du message porté.

Performance
Samedi 14 avril / 16h30
16h30
10€/7€ – Salon Pelliot

 ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬