Les parcours thématiques dans les collections permanentes :
Conduits par un conférencier.
Les parcours thématiques sont proposés pour des groupes allant jusqu’à 30 personnes (accompagnateurs compris) et durent 1h30.

Tarif collégiens et lycéens : 60€
Tarif étudiants : 81€

Bulletin de réservation 11-21 ans

Parcours thématiques : Histoire et sociétés :

  • Asie terre d’échanges :
    De l’Afghanistan au Japon, les échanges commerciaux, artistiques ou religieux ont façonné la vie matérielle et spirituelle des différents pays d’Asie. Les objets précieux trouvés près de Kaboul, les figurines funéraires chinoises, les objets sacrés tibétains attestent tous de l’intensité et de la diversité de ces échanges.
  • Asie des routes de la soie :
    Les Routes de la Soie ont été le lieu d’aventures humaines extraordinaires. Marchands, moines, artisans, militaires et brigands de tous horizons s’y sont croisés pour échanger leurs biens, leurs idées, leurs croyances et peut-être aussi leurs rêves… Les collections du musée témoignent de l’intensité de ces échanges.
  • Mythes et légendes du Japon à travers les mangas :
    Entre littérature et divertissement, les mangas sont désormais un phénomène culturel incontournable au Japon comme en Occident. Un grand nombre de ces bandes dessinées, destinées comme les contes aussi bien aux enfants qu’aux adultes, permet d’appréhender de façon ludique l’histoire du Japon, en mettant en scène des scénarios et des personnages inspirés par des faits réels ou des légendes traditionnelles nippones. Ces épopées modernes éclairent de façon inédite les collections du musée.
  • Épanouissement et rayonnement de la culture de l’Inde : le temps des empereurs Gupta :
    Les souverains gupta ont hérité d’une longue tradition impériale. Forts de cet héritage, ils bénéficient d’une science politique et d’un art du gouvernement éprouvés dont un des aspects les plus féconds est la cohabitation de plusieurs expressions religieuses. C’est sous leur protection qu’une intense activité créatrice et intellectuelle favorise la codification d’une esthétique classique. Le site de Mathura permet de suivre la genèse, l’épanouissement et le rayonnement hors de l’Inde de cette esthétique.
  • Le bouddhisme et ses expressions artistiques à l’époque Gupta :
    Né en Inde au VIe siècle av. J.-C., le bouddhisme a bénéficié du soutien de nombreux souverains. Les Gupta favorisent la pluralité religieuse et l’épanouissement des arts. Leur époque est, pour les représentations bouddhiques notamment, le temps d’accomplissements stylistiques et iconographiques remarquables. Riches de plusieurs chefs-d’œuvre, les collections du musée Guimet permettent d’approcher les grands thèmes de l’art bouddhique, les codes de représentation du visage et des postures des bouddhas et des bodhisattvas.
  • Epopées et mythes hindous :
    C’est durant la période Gupta que de vastes recueils de mythes sont rédigés et que les grands monuments de la littérature sanskrite de l’Inde ancienne sont fixés dans un état quasi définitif. Ces textes, notamment le Mahabharata et le Ramayana, véhiculent la geste des dieux et des héros et mettent en scène des valeurs morales, des croyances et des idées qui restent très présentes dans la culture de l’Inde d’aujourd’hui. Les collections du musée Guimet permettent d’approcher quelques-unes de ces expressions de la mythologie hindoue.

L’empire des Han au programme d’histoire de 6e
Ce chapitre consacré à l’Asie figure au programme d’histoire de la classe de 6e. Il concerne l’empire des Han en Chine de 206 av. J.-C. à 220 apr. J.-C. Ce chapitre permet d’approcher une civilisation asiatique par le biais de ses religions, de son mode de pensée et de son rayonnement. Il nous invite à réfléchir sur l’identité d’un empire, la façon de qualifier sa puissance, de mesurer son influence. Afin d’éclairer l’histoire politique et culturelle de cette période, d’en révéler ses spécificités et ses legs, trois parcours thématiques face aux œuvres du musée sont proposés.

  • L’empire des Han et les fondements de la tradition impériale chinoise :
    La période des Han est importante pour l’histoire politique et culturelle de la Chine. Sous l’autorité d’empereurs comme Wudi, les fondements de la tradition impériale chinoise sont posés. En même temps, une politique d’expansion conduit les armées chinoises jusqu’au Vietnam et en Corée. Les collections du musée Guimet permettent de comprendre l’univers magique et religieux sur lequel s’est appuyée la conception du pouvoir impérial en Chine.
  • Les Han et la route de la soie :
    Le réseau de pistes qui relient la Chine à l’Occident au travers des déserts de l’Asie centrale a été désigné sous le nom de Route de la Soie à partir du XIXe siècle. Envoyé en mission par delà les confins ouest de l’empire, le général Zhang Qian révèle à l’empereur Wudi (140 à 87 av. J.-C.) l’existence d’un vaste réseau commercial. Les contacts diplomatiques avec l’Asie centrale s’intensifient en même temps que des biens de prix, comme le jade et la soie, contribuent à l’enrichissement de l’empire Han.
  • Ecriture et pensée chinoise :
    L’écriture chinoise, qui se développe en Chine au XIVe siècle av. J.-C., fut d’abord liée à des pratiques divinatoires associées à l’exercice du pouvoir. Dès la période Han, la maîtrise de l’écriture et la connaissance des classiques confucéens deviennent les critères de sélection d’une nouvelle élite : les lettrés-fonctionnaires. Ils administrent l’empire et pratiquent la calligraphie. Celle-ci acquiert une véritable dimension artistique et devient la plus prestigieuse des disciplines parmi les arts de l’encre. Les Han vont classer et organiser les différents courants de pensée, du confucianisme au taoïsme, en un ensemble de textes cohérents, piliers de la pensée chinoise.